Daughter of smoke and bone (Fille des chimères) -Daughter of smoke and bone, tome 1 – Laini Taylor

daughtersomkeandbone

Titre : Daughter of smoke and bone

Série : Daughter of smoke and bone, tome 1

Auteur : Laini Taylor

Langue : Anglais

Résumé (source : Livraddict) : L’amour impossible d’un ange et d’une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples…
Des ruelles de la Prague d’aujourd’hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d’une héroïne passionnante.

Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de nombreuses langues – pas toutes humaines – et ses cheveux bleus poussent de cette couleur. Une question la hante : Qui est-elle ?

J’avais repéré ce roman sur Goodreads depuis sa sortie il y a 2 ans et j’ai profité de l’offre éclair Kindle pour l’acheter et je ne regrette pas cet achat car ce fut un véritable coup de cœur.

Dès le début, j’ai été intrigué par l’héroïne Karou, on apprend plein de chose sur elle dans les premiers chapitres : sa couleur de cheveux, son ex, ses études, ses dessins qui racontent les aventures de curieux personnages mais on sent qu’il se cache quelque chose derrière tout ça. On découvre alors son univers, avec qui elle vit et ce qu’elle fait, tout en continuant à se poser des questions sur elle.

Pendant une partie du roman, nous parcourons les rues de Prague et mangeons un goulasch dans un bien curieux restaurant (en plus, cela m’a rappelé ma visite de Prague, j’ai bien retrouvé mes souvenirs dans les descriptions) déambulons dans Marrakech en suivant Karou et j’ai beaucoup aimé ces décors qui nous transportent dans ces villes.

Le style de Laini Taylor m’a complétement transporté dans ce roman, il y a un petit côté conteur de légende et poétique qui m’a énormément plu, en particulier les phrases ouvrant chaque partie. Par moment, en fait surtout dans la deuxième partie, j’ai plus eu l’impression de lire un conte qu’un roman jeunesse et je me suis retrouvé plongée dans un monde de légendes merveilleux. J’ai été bufflée par la mythologie mise en place ici, comme l’utilisation des dents ou les yeux sur les paumes et ce que cela signifie quant à Karou. L’utilisation de la magie est très intéressante.

La faiblesse de ce roman réside à mon avis dans la romance. D’ailleurs j’ai trouvé que c’était un peu trop « love at first sight » pour Madrigal et aussi pour Karou enfin, disons que dans son cas ça m’a un peu dérangé sur le moment mais sachant ce que l’on apprend par la suite, c’est compréhensible.

J’ai hâte de lire la suite Days of Blood and Starlight sur laquelle je me serais immédiatement jeté si elle avait été disponible en numérique en dehors des Etats-Unis et du Royaune-Uni (dommage pour les autres !). Je vais surement l’acheter en librairie (alors que j’avais décidé de ne plus acheter de livres pour ne pas alourdir ma valise).

Extraits :

« Once upon a time, a little girl was raised by monsters. But angels burned the doorways to their world, and she was all alone »

Il était une fois une petite fille élevé par des monstres. Mais les anges brulèrent les portes menant à leur monde, et elle fut toute seule.

« It is a condition of monsters that they do not perceive themselves as such. The dragon, you know, hunkered in the village devouring maidens, heard the townsfolk cry ‘Monster!’ and looked behind him. »

C’est dans la condition des monstres de ne pas se considérer comme tels. Tu sais, le dragon qui, accroupi dans le village, dévorait des jeunes filles entendit les villageois crier « un monstre » et regarda derrière lui.

Logo Livraddict Goodreads

Publicités